Deux cultures et une passion partagée pour un même projet

Lilian Ole Pere, épouse du chef Massaï au Kenya, est responsable de superviser la production de toutes les femmes qui travaillent les cuirs de Pikolinos. Elle forme, conseille et guide des centaines de femmes dans tout le Masai Mara.

De son côté, en Espagne, Leonor Villalba, coud chaque pièce avec sa machine de piquage pour donner forme au produit final en contrôlant la qualité de chaque point et en admirant le travail minutieux réalisé sur chaque pièce provenant du Masai Mara.

Ces deux femmes unies pour un même projet, plongées dans deux réalités différentes, devaient se connaître et partager leurs travaux, leurs visions et leurs expériences.

C’est ainsi que Leonor s’est rendue au Kenya, nerveuse et enthousiasmée à l’idée de mettre un visage à ses collègues éloignées qui produisent dans l’immensité de la savane et le tintement de leurs décorations, la mélodie de chaque point.

Là, elle a été plongée dans une culture très différente de la sienne, entourée de la nature la plus pure. Elle a échangé les machines à coudre contre la précision de leurs doigts et le son des machines par les chansons Massaï. Forte de cette expérience, elle est revenue en Espagne avec l’envie de recevoir Lilian chez elle et de lui montrer comment ses créations prenaient la forme de sandales.

Ainsi, pour la première fois dans sa vie, Lilian est sortie du Masai Mara. Elle est montée dans un avion en destination de l’Espagne, avec un sentiment mêlé de peur, d’émotion et d’enthousiasme, mais avec de grandes envies d’apprendre, de découvrir de nouveaux endroits.

Dans le Centre de production de Pikolinos, elle a observé chaque étape de fabrication, elle a participé aux contrôles de qualité et a été impressionnée par tous les systèmes informatiques qui facilitent aujourd’hui le travail en Occident.

Fortes de ces connaissances, elle est retournée au Masai Mara pour raconter de vive voix la naissance de la collection de sandales la plus délicate et spéciale de Pikolinos.

L’union de deux mondes et le mélange de deux cultures sous un même projet se reflète dans les regards de deux femmes, représentantes de toute une équipe, qui permettent à Pikolinos de ressentir une grande fierté dans ce projet qui dépasse les frontières.